Descente de Loire

05 mai 2015

PREPARATION D'UNE DESCENTE DE LOIRE EN CANOE

 

 

ROANNE Source: Externe SAINT NAZAIRE

       

 

 

loire3       loire-04

  

 

 

 

 

 

 

 

Ce blog est revu en permanence (juin 2015), pour une réalisation de projet prévu en juin/juillet 2015. Les liens sont corrigés et remis à jour. Un oubli ou une erreur restent possible; merci de me le signaler si vous trouvez un élément erroné ou un lien cassé.

Après réalisation du parcours, un second blog sera ouvert, décrivant la descente de la Loire dans son détail.   

 

AVANT PROPOS

 

Depuis longtemps déjà, alors que j'étais enfant, je rêvais de parcourir le monde. J'aurais aimé travailler dans des domaines tels que l'anthropologie, l'ethnologie, l'ethnographie, m'approcher au plus près de populations aux moeurs et cultures différents des nôtres pour comprendre comment ils vivent et pourquoi nous sommes si différents. Le destin a décidé d'autre chose et je ne veux pas aujourd'hui, regretter ce qui fut ma vie.  

Arrivant à son dernier tiers, je voudrais pouvoir prendre plaisir à réaliser un petit peu de ce que je n'ai pu faire auparavant, en terme de loisirs et voyage, emprisonné comme beaucoup dans une convention de vie régulière, ronronnant autour d'une maison, d'un foyer, des enfants, d'obligations professionnelles et autres contraintes qui font que la disponibilité ou même simplement la possibilité de faire ce qu'on aimerait, disparaît écrasée par des conventions bien-pensantes, des modes de vie rôdés qu'il ne faut en aucun cas bousculer au risque de passer à minima pour un original et au pire pour un détraqué!

Comment pourrait on s' arracher au cycle hebdomadaire calme et rôdé sans bousculer violemment les routines mises en place, et perturber l'ordre établi ?

La visite hebdomadaire au centre commercial pour les courses de la semaine, les enfants chaque soir à la sortie des écoles, les activités sportives et culturelles encadrées, les loisirs ou ce que l'on considère comme tels, dûment établis en septembre et qu'on ne saurait manquer sauf maladie "parce qu'on a réglé la cotisation", les réunions parents d'élèves, les invitations chez les amis et celles qu'on se doit de rendre car on est correct et bien pensant, toutes choses quasi incontestables dans le fondement du système social, mais qui font que partir un jour sans laisser d'adresse, ou plutôt de destination, vous fait passer pour un illuminé ou un incompris, plutôt qu'un aventurier à la recherche de liberté et de découverte.

Hélas, il ne sera plus question maintenant de partir pour l'Asie, l'Afrique ou le bassin de l' Amazone. Divers ennuis de santé ont réduits ma capacité et ma résistance à vivre certains périples, et si je m'évade aujourd'hui, ce sera de manière bien plus modeste et mieux contrôlée. Je ne peux plus prendre maintenant les risques que j'aurais pu prendre il y a trente ou quarante ans, je n'en ai plus les capacités physiques et je suis conscient de ce côté inutile qui pourrait faire basculer une aventure ou une rando en terre étrangère en un drame stupide.  

En compensation, j'ai choisi plus modestement de me promener sur la Loire, qui conserve la réputation de "Dernier grand fleuve sauvage d'Europe".  

 

LE PROJET

 

Ce blog décrit la préparation d'une descente de la LOIRE, de ROANNE à ST NAZAIRE. Ce projet a germé il y a un an au cours de l' été 2011 à l'occasion d'une sortie que nous avions faite en famille sur les bords de Loire. L'idée m'est venue de descendre la Loire en canoé, en solo ou en couple mais en autonomie.

 

Cette idée s'est confortée alors que je survolais la région en montgolfière, mi septembre 2012 et que j'ai pu admirer le Cher, le château de Chenonceaux, et plus tard, durant l'après midi, en remontant sur la rive droite de la Loire vers Orléans pour rentrer chez moi après cette agréable matinée, en longeant le fleuve, j'ai pu observer de loin en loin des canoés ou kayaks descendant l'eau dans un mouvement calme et tranquille, emmenés par le courant.

 

A ce jour, alors que je rassemble les informations et les données sur ce projet, je réalise que de nombreux aventuriers ligériens m'ont précédé et pour certains, ont laissé bien plus que des trâces de leur passage, mais plutôt, des écrits de leur expérience, ce qui va largement me servir pour préparer et organiser ma descente de Loire à moi!!! Merci à eux d'avoir conté leur aventure, leurs difficultés et les moments positifs de ce périple.

 

Voici quelques liens vers ces récits: Il existe certainement de nombreux autres descendeurs qui n'ont pas forcement trouvé bon de conter leur voyage, et d'autres dont je n'ai pas vu le récit, et cette petite liste reste donc ouverte. Vous qui êtes là, à me lire, peut être avez vous connaissance d'autres récits, merci de me les faire connaître. 

 

Du Puy en Velay à Beaugency  (Par l'auteur sur son blog)

Du Puy en Velay à Beaugency  (Le même mais sur Expémag)

La Loire en mai  (Avec Patricia et Jean Lucien)

De Decize à Nantes (Par Loïc.. et les autres!!)

Descente de Loire du 28/06 au 27/07/2009 (Par Michel 66)

Descente de Loire par Tête de Chien  (Expémag)

La Loire en famille de Roanne à Blois

Le diaporama de la Loire en famille de Roanne à Blois   (De Balbigny à Muides) 

La Loire de Vorey à Digoin   (Par Eric Marion)

Descente de L'Allier par Laurent Maingot (Film)  Film de 1h37 Durée moyenne de téléchargement 6min. 

 

On pourra également se référer au site de Carnets d'Aventures qui reste une référence et une mine d'informations pour tous les voyageurs et aventuriers se déplaçant par principe sans moteur. Ce site comporte un forum très bien fait qui détaille par rubriques les divers moyens de voyage y compris celui qui nous intéresse ici, à savoir sur l'eau. On va y rencontrer des passionnés de kayak, de canoé et de descente de rivières en France et ailleurs.

 

LES CONDITIONS

 

La descente de la Loire en canoé regroupe de nombreux concepts: On pourrait presque dire, autant de concepts que de descendeurs de Loire. De plus, tous ou presque sont convaincus d'avoir opté pour le bon format, ce qui est finalement vrai, car à chacun son projet!

Certains le font à deux, en couple, ou simplement deux copains ou deux copines, désirant partager l'aventure.

D'autres se regroupent à plusieurs canoés et font un tronçon pendant 4 ou 5 jours. D'autres encore, plus solitaires, tentent de faire seuls, de grandes descentes par étapes, s'arretent dans les villes et villages, repartent, bivouaquent sur les rives ou les îles qui s'y pretent.

 

Tous ont finalement raison, chacun dans son concept de descente de Loire, car ils y ont trouvé certainement leur bonheur et ce qu'ils recherchent dans cette expérience.

 

Les conditions, c'est aussi la période: estivale, printanière hivernale... et on va vite pouvoir parler des conditions météo et les paramêtres de niveau d'eau, données essentielles pour un fleuve comme celui ci.

En été, les eaux sont basses et on y trouve malgré tout plus de monde. En hiver les eaux sont plus hautes mais froides, la saison n'est pas idéale pour la pratique du bivouac. Pour cette randonnée, on choisira plutôt une période intermédiaire comme la fin du printemps pour bénéficier à la fois d'un niveau d'eau navigable et d'un ensoleilement plus propice à la pratique de l'activitée, bivouac ou camping, sous la tente ou dans le hamac, sachant pertinemment que rien n'est acquis ni garanti, surtout pas concernant la météo!!

Sur la question météo, on va consacrer (plus loin) un chapitre spécifique pour tenter de comprendre et de faire les meilleurs choix.

 

 

                                       loire2

 

 

LA PREPARATION

 

 La question de la préparation est essentielle. Une bonne préparation ne laisse pas de place aux accidents de terrain grâves ou aux incidents inattendus; au contraire, elle en permet la maitrise et l'anticipation. C'est en traitant au mieux cette question de la préparation que l'on se conditionne pour affronter au mieux les petites difficultés du parcours ce qui les réduira au rang d'anecdotes. Les plus gros problèmes auront été abordés avant même de se produire car identifiés grace à diverses méthodes que nous allons détailler ci après.

 La préparation d'une randonnée passe par un plan et une réflexion approfondie. La meilleure manière pour ne rien oublier consiste à passer le plan au crible des 6 questions clés "qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi,"

 

LOGIGRAMME DE DEPART

 

Voici, ci dessous, le logigramme qui va permettre une reflexion sur la faisabilité du projet et mettant en évidence les points clés sur lesquels il faudra peut être travailler pour avoir au final, un projet de randonnée abouti. Ce système peut aussi faire ressortir l'infaisabilité du projet car trop risqué, trop dangereux ou ne présentant pas les garanties sécuritaires de base.

 

Cette étape peut paraître rébarbative et peu enthousiasmante par rapport à la préparation d'une randonnée ou il est plus question de sacs à dos, de hamac et de cartes IGN, mais elle ne doit pas être éludée ni négligée. Elle permet d'avoir la certitude que le projet de randonnée est bien construit et va se dérouler au mieux.

 Citation

 Contrairement aux idées reçues la randonnée n’est pas une activité anodine.

 Une randonnée ne doit jamais être considérée d’avance comme sûre. Elle ne pourra l’être réellement que si elle a été correctement préparée.

 Et c’est justement là que le bât blesse: le plus souvent les accidents surviennent parce que la plupart des randonneurs sont insuffisamment et incorrectement préparés! Une bonne préparation se doit d'aborder tous les aspects de la randonnée. Or beaucoup de randonneurs ne savent pas exactement dans quoi ils s'engagent. Leur projet manque de définition, il n'est pas précis, flou, trop vague. Du coup, la préparation est au mieux lacunaire, au pire complètement bancale.

 Nous connaissons tous ou avons tous croisé un jour ce type de randonneur : celui qui part en randonnée sans prévoir de quoi faire face à un éventuel changement de temps, celui qui découvre l’itinéraire et la réalité de la randonnée – difficulté, distance, etc. – au fil du chemin ou encore celui ou celle qui découvre seulement une fois arrivé à la porte que le refuge espéré est fermé en cette saison.

 Pire encore, nombreux sont ceux qui non seulement sous-estiment leur projet mais encore surestiment leurs capacités. Un projet clairement défini ne suffit pas pour asseoir une bonne préparation, encore faut-il s’assurer que ce projet est à votre portée.

 Fin de citation

 

Logigramme-intro-VE2-1005x1024

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES SIX QUESTIONS CLES DU PLAN:

1 QUI ?

 Qui participe à la randonnée ?

Randonneur ou randonneuse ?

Quel âge ?

Quelle condition physique et niveau de forme général ?

Quelle expérience de la randonnée ?

Problèmes de santé connus, des phobies, etc... ?

Ces quelques questions devraient permettre de définir précisément quel randonneur ou quelle randonneuse vise ce projet .

S'il s'agit d'une randonnée en solitaire, alors ce bilan personnel constituera la réponse nécessaire et suffisante requise par la question « Qui ? ».

 

2 QUOI ?

 La question Quoi ? a pour but d'éclairer entre autres sur le type d’itinéraire, la durée ou encore la difficulté de la randonnée. On n’aborde pas de la même façon la préparation du GR 20 et celle d’une sortie dominicale en forêt. De même que la préparation sera différente suivant qu’il s’agit d’un itinéraire connu et balisé ou d’un itinéraire personnalisé nécessitant cartes et boussoles…

De quel type de randonnée s’agit-il ?

Quel type d’itinéraire ? GR balisé ou sentier cartographié ? Chemin familier ? Ou itinéraire personnel décidé ou non à l’avance ?

Quelle sera la durée de votre randonnée ? Quelques heures, quelques jours, quelques semaines ou plusieurs mois ?

Quel est le niveau de difficulté ?

La difficulté d’une randonnée est en partie déterminée via les paramètres suivants: nature, fréquence ou bien absence du balisage, présence et importance des dénivelés, altitude, risques de chutes (passages exposés, pierriers, terrain instable, etc.), distance à couvrir ou encore passages techniques (glaciers, névés, escalade, via ferrata, etc.). A la question de la difficulté on peut rattacher les points de ravitaillement ou la fréquence des refuges sur le chemin. Si on est dans une configuration telle qu'il est obligatoire de rejoindre chaque soir un refuge pour passer la nuit, ce point peut compliquer ou amplifier la difficulté du parcours (Cf GR20: pas de bivouacs en dehors des emplacements prévus.)  

 

3 OU ?

La question des difficultés, notamment celles concernant la nature du terrain et l’itinéraire, amènent logiquement à se poser la question du « Où ? ». Où va se dérouler la randonnée, dans quelles zones ?

La réponse à cette question est utile non seulement pour cerner une partie des difficultés, mais également pour aborder les questions de logistique: ravitaillement, solutions de repli ou encore accès aux soins en cas d’accident.

Il faut se poser les questions suivantes :

Dans quelle zone géographique se déroulera la randonnée ?

Quel pays, quelle région, quel département, quelle zone, etc. ?

Par où passera l'itinéraire ?

Dans quel milieu ? Plaine, moyenne montagne, montagne ? Côtes ? Crêtes ? Désert, forêt, campagne ?

Quelle sera la nature du terrain rencontré ?

À quelle distance de la civilisation et des infrastructures ? est il prévu de rester proche, ou au contraire de s'éloigner pour se retrouver en pleine nature ?

Faudra t il traverser des parcs ou réserves naturelles, des terrains privés, des zones protégés ?

À ce stade de la préparation inutile d'entrer trop dans les détails mais répondre brièvement aux questions sera bénéfique. Il ne faut pas éluder cette étape. Ces quelques réponses peuvent aider à poser une image mentale réaliste de la randonnée. En se sensibilisant aux difficultés et risques à prévoir, elles permettront d’appréhender pleinement la préparation que nécessitera le projet.

 

4 QUAND ?

Cette question est indissociable de la précédente. Les caractéristiques de la zone dans laquelle on va évoluer dépendront grandement de la saison et des conditions climatiques. L‘environnement, le sentier, les routes auront un aspect et un état différent en été et en hiver ou même tout simplement par temps sec et temps pluvieux.

D’un point de vue purement pratique, lors de la préparation, la question de la date pourra également soulever des interrogations concernant les horaires des magasins, l’ouverture des refuges ou la disponibilité des services. Autant de réponses dont dépendra la logistique. Tout cela impose donc de s’interroger sur les points suivants :

À quelle époque de l'année ? En quelle saison? Quel mois ?

Quelle sont les dates de départ et d’arrivée prévues ?

Week-end, vacances scolaires, jours de la semaine, jours fériés ? En ou hors saison touristique ?

Avoir une idée de la saison et de la période vous permet de s' interroger sur les conditions météo que l'on risque de rencontrer. Pour pouvoir définir précisément une randonnée, il faut être capable d’estimer la température et le temps à prévoir, tout comme il est nécessaire d'avoir une idée précise des caractéristiques du terrain.

 

5 COMMENT ?

Il s’agit ici de se demander par quels moyens et de quelle façon la randonnée va se faire. Cette question englobe tous les aspects du projet : portage, couchage, repas, hébergement, logistique, moyens de locomotion, etc.

 

Quel est le mode de portage prévu ? Sac à dos, claie de portage, pulka, traîneau ou encore autre système ?

 

Ce mode vous est-il familier ?

 

Quelles sont ses caractéristiques? Dimensions, volume, poids à vide, confort, etc. ?

 

Avec combien de kilos d’équipement envisagez-vous de partir ?

 

Comment comptez-vous dormir ? Bivouacs ou nuits en refuge ?

 

Quid des repas ? Popote au bivouac, cuisine de camp ou repas aux refuges ou au restaurant ?

 

Question de la logistique et du ravitaillement ? Randonnée autonome ou au contraire dépendant des infrastructures et services ?

 

Cette randonnée peut-elle être effectuée de façon autonome et indépendante pour l’équipement, la nourriture, etc. ?

 

Quels moyens de locomotion pour rallier le point de départ de la randonnée : voiture, train, transports en commun, avion ? Aide d’un tiers ou autonome ?

 

La randonnée sera-t-elle exclusivement pédestre ou mixée avec différents moyens de locomotion : vélo, cheval, mulet, âne, canoë, etc. ?

 

La question « Comment ?» a une portée tellement générale que cette liste ne saurait être exhaustive. Les questions ci-dessus apportent néanmoins les réponses indispensables à la définition du plan. En abordant les notions d’autonomie, de portage, de confort (cuisine, couchage, etc.) et de logistique elles soulèvent explicitement la question des connaissances et compétences requises par le projet.

 

Les informations recueillies auront également une influence non négligeable sur les préparatifs. Recouper certaines d’entre elles avec les réponses aux questions précédentes permettra entre autres de relever certaines incompatibilités:

 Exemple:

Sur le GR 20, il est interdit de bivouaquer en dehors des zones prévues à cet effet en périphérie des refuges. Cela implique de couvrir chaque étape quotidienne dans son intégralité. Mieux vaut savoir ce genre de choses avant d’aller plus avant dans la préparation ;)

Autre exemple:

En Croatie, le camping sauvage est interdit, de même que le bivouac; il faut nécessairement passer par les terrains de camping, de cette contrainte dépendra l'organisation de toute la randonnée. 

 

6 POURQUOI ?

Si le choix de la randonnée et son contexte répondent souvent aux questions Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? et Comment ? on ne s’interroge que trop peu sur le Pourquoi ? Pourtant cette question apporte des réponses sur la raison d’être de la randonnée: la motivation, les objectifs, les envies, les attentes du ou des randonneurs. Cette question sous-tend le projet de randonnée, elle revêt donc une importance capitale dans la définition du plan.

 

Il faut avant tout s'interroger sur les objectifs et les envies:

 

Pourquoi cette randonnée ?

 

Qu’est-ce que je veux faire ? Qu’est ce qui me motive ? Quelles sont mes envies ?

 

Cette randonnée ou ce périple constituent-ils un challenge ? Ou au contraire un moment de détente ? Veut on se surpasser ou découvrir une région et la faune locale? est on limité dans le temps par une obligation de dates (congés..) ou a-t-on la chance de pouvoir faire son parcours sans véritable limite de temps?

 

S’agit-il avant tout de passer du bon temps entre amis, de profiter du grand air, voire de savourer un moment de solitude ? Ou au contraire s’agit-il d’un challenge sportif: atteindre ce sommet avant la fin de l’après-midi » ou encore « réussir à marcher dix jours en autonomie totale ? ». Dans les deux cas de figure, la préparation ne sera pas la même.

 

Définir et analyser clairement les objectifs permettra d’élaborer les meilleures stratégies pour les atteindre.

 

En groupe il est important que les objectifs, envies et attentes soient communs à l’ensemble du groupe. Dans ce cas particulier une définition claire et limpide des objectifs aura de plus l’avantage de contribuer à mettre tout le monde d’accord, voire à reformer le groupe en éliminant ceux dont les motivations sortent du contexte général.

 

C'est là qu'on peut se rendre compte que ces objectifs ne sont pas réalistes. Tant pis! Ou plutôt, tant mieux!  Il vaut mieux se rendre compte de ce genre de choses avant de partir plutôt qu’une fois au pied du mur. C'est moins dur à gérer.

 

On peut se limiter dans ses envies et commencer par des choses faciles à atteindre ou réaliser: Le plaisir avant tout ! Gardons à l’esprit qu'il n'est pas obligé de n'avoir qu'un seul objectif. Prévoir plusieurs objectifs secondaires peut constituer une solution de repli salvatrice en cas de déconvenues.

 

La question du Pourquoi en soulève une autre tout aussi importante : une randonnée Pour faire quoi ?

 

Ce qui revient à poser la question des activités prévues et des compétences et connaissances requises.

 

Tout d’abord la randonnée inclus t elle des activités autres que le canotage ou du moins plus spécifiques comme par exemple : la marche d’approche, l’escalade, l’alpinisme ou encore la traversée de rivières ? Ou peut-être que certains passages à risques relèvent de ce type d’activités ?

 

Si c’est le cas, il faut immédiatement se poser des questions sur la condition physique et le niveau de compétences que requièrent ces activités.

 

Peut-être aussi, cette randonnée permettra de pratiquer des activités annexes, comme le bivouac minimaliste, l’apprentissage du feu ou encore le filtrage de l’eau. Et c'est parfait ! « L’occasion fait le larron ». Mais encore une fois cela requiert certaines connaissances et compétences qu’il est bon de déterminer et lister dès ce stade de la préparation.

 

 

TRANSPOSITION DES SIX QUESTIONS: DETAIL POINT PAR POINT

 

 

Loire5       Loire8

 

Voilà établi le questionnaire de base que l'on doit détailler pour réaliser une bonne préparation de randonnée. Bien sur il reste généraliste et il faut l'adapter à son activité, à sa randonnée et pour certaines questions il sera utile de recadrer.

 

Pour ce qui me concerne et pour mettre toutes les chances de réussite de mon côté, je vais reprendre le questionaire et y répondre point par point. Ensuite, j'établirais le bilan des 6 questions posées en remontant les points négatifs pour les traiter un par un.

 

1/ QUI ?

Pour cette première question, il est facile de répondre dans le cadre d'un projet comme celui-ci car il ne concerne que moi en l'occurence. Ca devient vite compliqué lorsque c'est une randonnée de groupe car il faut pousser plus loin le questionnement pour toucher la motivation de chacun, et là, c'est loin d'être acquis.

A noter qu'il est possible d'envisager pour ce qui me concerne, une randonnée aquatique en couple et que dans cette éventualité, il pourrait être utile de repasser au crible du questionnement afin de s'assurer de la motivation et de l'intérêt des deux participants pour une descente de Loire. Nous y reviendrons, le cas échéant.

Revenons aux questions du QUI:

a] Randonneur homme de 63 ans

b] Pas de réelle expérience de la randonnée aquatique, mais une connaissance du milieu et de l'environnement de la rivière et du lac de barrage par de longues années de pratique de la pêche en rivières de 1ère et 2ème cat. Je crois pouvoir dire ce qu'est un rocher glissant et pourquoi, ce que représente la force du courant, ce que sont les embacles et les risques qui y sont rattachés, comment est le fond et ce qu'on y trouve...

c] Divers problèmes de santé qui sont à ce jour, je l'espère réglés, notamment par la pose d'une prothèse genou gauche. (réalisation décembre 2012)

d] Un problème cardiaque en 2007 stabilisé depuis qui contraint à une prise régulière de médicaments.

e] Pas de phobies particulières.

f] Pour assurer la sécurité, constitution d'une trousse médicaments étanche contenant les comprimés nécessaires pour une durée de 30 jours, pour une descente de Loire estimée à 20 jours. Cette trousse sera solidaire du canoé sans pouvoir s'en détacher. Boite étanche contenant une copie d'ordonnance.

g] En supplément: téléphone portable et chargeur solaire.

 

2/ QUOI ?

a] La randonnée envisagée est une randonnée nautique; une descente de la Loire de Roanne à St Nazaire. Le tronçon choisi permet de diminuer singulièrement la difficulté car il limite le nombre de portage et de points difficiles à passer, de même il évite une grande part des secteurs d'eau vive situés plus en amont que l'on peut réserver à une future navigation.

 

b] La durée devrait être d'un mois si on considère une progression moyenne de 24 à 26 km/jour en intégrant des jours de moindre progression. Mais rien de précis ne sera arreté, et la durée pourra varier en fonction de la vitesse de progression que l'on doit considérer comme une variable du projet.

 

c] Le niveau de difficulté est fonction du niveau d'eau et de la navigabilité du fleuve, des obstacles, de la présence d'embacles, de seuils encombrés, etc.. il est difficile d'en établir précisément les valeurs car la Loire est un fleuve changeant. Pour minimiser les risques, la période choisie sera plutôt en juin pour conserver un niveau d'eau suffisant et un ensoleillement correct. Le guide "La Loire vue du Fleuve" qui donne des informations précises quand aux points de passage, aux portages, aux seuils, aux ponts etc.. servira à construire exactement le parcours avant sa mise en oeuvre.

 

3/ OU ?

a] La randonnée va se dérouler dans les départements de la Loire, du Loiret et de la Loire Atlantique. Elle suivra exactement le cours du fleuve de Roanne à St Nazaire, puisque c'est ce projet de descente qui a été défini. Le trajet est donc précisément connu et ne peut être modifié en cours de randonnée. Cependant il peut être raccourci ou scindé en tronçons si le besoin s'en exprime pour diverses raisons.  

 

b] Le milieu reste essentiellement le fleuve et ses rives.

 

c] La nature du terrain est celui des berges de la Loire. A noter un point qui peut paraître important: il n'existe pas de sables mouvants en Loire au sens scientifique du terme et comme on pourrait en trouver en Baie du Mt St Michel. Si de nombreux bancs de sable se forment et disparaissent sur le cours du fleuve, ce phénomène est du aux courants et au débit du Fleuve qui varient durant les saisons. Des actions d'érosion se produisent et des pans de rives peuvent glisser et partir dans la Loire lorsque les eaux sont plus hautes ou durant les crues. Les iles du Fleuve sont stables dans leur ensemble dès l'instant qu'elles sont naturellement végétalisées, il faut se garder d'aborder sur les bancs de sable non végétalisés dont les parties avals sont souvent molles et instables( voir pus loin le chapitre concernant la sécurité).

Les crues sont prévisibles et surveillées par l'organisme national vigicrues qui actualise 2 fois / jour ses informations. On pourra envisager de surveiller (ou faire surveiller) ce site durant la randonnée en imaginant un système de communication par téléphone. 

 

d] Les villes et villages seront à proximité immédiate, mais aussi à distance, selon qu'on s'y arrete ou qu'on les ignore. Je veux dire que l'on peut s'en approcher, y débarquer et en bénéficier ou au contraire passer son chemin. A voir le guide, sur certains secteurs, les villages restent sur de longs tronçons, éloignés du fleuve. 

 

e] Certaines zones sont protégées, dédiés à la nature et par exemple à la reproduction des oiseaux. Ces zones sont connues et toujours identifiées sur le terrain. Un complément de recherche concernant ces zones est en cours pour les porter sur les cartes et plans utilisés durant le projet.

Après recherches, je n'ai trouvé que le secteur de COSNE sur LOIRE, ainsi que le Parc Régional Naturel ANJOU TOURAINE intégrant des secteurs ( iles) protégés pour nidification. Cette zone reste facile à identifier.

Voir ce lien  ainsi que celui ci sur le PNR  Anjou Touraine.

Pour faire simple, il en faut pas bivouaquer ni camper ni s'arreter sur les iles de sable dans le secteur défini par l'arreté entre le 1er avril et le 15 aout. Les sternes y pondent à même le sol il est raisonnable de ne pas les déranger.

 

 

 

Si vous avez des connaissances sur cette question, et sur les emplacements d'autres secteurs protégés pour raisons diverses, je suis preneur.

 

 4/ QUAND ?

a] La question de la période a déjà été évoquée. Le mois de juin sera privilégié en espérant ne pas avoir à affronter un climat trop humide tout en conservant une navigabilité au fleuve. Ce mois a d'autres avantages: les journées sont longues, les camping sont ouverts, les activités estivales commencent et se mettent en place sans pour autant afficher de saturation. La nature est active et offre un spectacle sans nul doute intéressant.

La Loire présente un inconvénient non négligeable et incontournable: c'est son orientation Nord/Ouest à partir de Briare et qui s'accentue au delà, vers l' Ouest au fur et à mesure qu'on se rapproche de l'embouchure. Ceci soumet les navigateurs à des vents de face qui peuvent devenir pénibles s'ils sont forts et humides, apportant des précipitations d'Atlantique. Delà, une lecture des statistiques météo pour tenter de choisir une période moins venteuse est certainement un élément à prendre en compte. On verra plus loin la question météo.    

 

b] Sur le plan de la logistique, il est prévu d'emporter un niveau d'autonomie suffisant pour accomplir la descente sur la distance totale, mais on pourra, par la proximité des villes et villages assurer aisément un complément si besoin. Ceci reste un choix personnel et si on veut assurer son autonomie il faut bien s'organiser au départ en terme de ressources alimentaires.

 

5/ COMMENT ?

a] La question traite du mode de déplacement mais intègre un nombre considérables de points à traiter. Comment, ce n'est pas comment va t on se déplacer, c'est comment va-t-on randonner, et celà sous tend tous les détails de logistiques de bivouac, de nourriture de protection contre les intempéries, etc...

 

b] Bien sur, le "comment va-t-on se déplacer? " se résoud par le canoé mais il faut également répondre au comment va-t-on dormir: Sous la tente si les conditions s'y prêtent ou dans le hamac si le terrain n'est pas plat et qu'on dispose des deux arbres adaptés.

 

c] Comment va-t-on transporter le matériel ?

 

La plus grande partie du matériel sera stockée dans des bidons étanches et chargée sur le canoé dont la charge utile est choisie en conséquence puisqu'il peut transporter jusqu'à plus de 500kg ce qui bien plus que nécessaire pour cette expédition. Les bidons recevront le matériel de couchage, duvet, hamac, tarp, tente, les vêtements de rechange, les repas ou conserves, les ustensiles de cuisson. Il est important d'être en capacité de pouvoir caser la totalité de l'équipement dans les bidons sous peine de quoi ce qui n'y serait pas, risque fort de disparaître en cas de retournement accidentel du canoé. Ce qui ne pourra pas entrer dans les bidons devra être attaché au canoé pour en éviter la perte. C'est le cas du chariot de portage, ou des pagaies de secours. 

 

d] Comment va-t-on manger ? En cuisant ou en réchauffant des plats déshydratés ou lyophilisés, ou des conserves, du riz, des pâtes, des lentilles... Le site de carnets d'aventure propose une rubrique très détaillée sur les divers produits alimentaires à emporter en randonnée autonome. En determinant de façon approximative le nombre de repas, on pourra calculer les quantités à embarquer pour chacun des produits alimentaires. On peut dresser un tableau listant les divers aliments et y inclure des colonnes pour y porter les quantitées, les poids, etc... 

 

e] Comment va -t-on boire? par filtration de l'eau du fleuve avec un filtre Katadyn ou équivalent. Cette méthode servira également à produire l'eau utile à la cuisine et au café. En cas de doute sur la qualité, on pourra ajouter des pastilles de micropur ou d' hydroclonazone. A noter que la différence entre ces deux produits est importante: autant le micropur protège l'eau pour une longue durée sans risque de développement d'algues, autant l'hydroclorazone a un effet sur les 24 h, voire un peu plus, mais dont l'efficacité s'estompe avec le temps. il faut savoir en tenir compte dans le cadre de l'utilisation.  Voir une étude comparative à ce lien.

   

 

Concernant les deux points précédemment cités, le matériel nécessaire devra être acquis ou emprunté selon le cas.

 

f] Pour la mise en place sur Roanne, il existe diverses solutions:Transport du canoé et de l' équipement par voiture avec barres sur le toit.

Utilisation de notre camping car pour le transport du canoé sur le toit par la fixation d'une chambre à air de camion  par sanglage sur le toit et sur laquelle on pourra poser le canoé qui sera de nouveau sanglé par des brides. Principe identique pour l'arrivée à St Nazaire avec la venue sur place du camping car ou d'une voiture pour recharger le canoé et le matériel utilisé.

Les modalités exactes de la question du transport départ vers Roanne et du transport retour de Saint Nazaire restent à préciser. Chacun peut gérer cette question à sa convenance et les solutions restent multiples; à chaque groupe ou à chaque descendeur de s'organiser selon ses moyens et la position de son domicile par rapport à son point de départ sur la Loire.

 

6/ POURQUOI ?

a] La motivation a diverses origines. Tout d'abord l'envie de réaliser un périple en solo et en autonome pour profiter d'un moment de solitude, de calme de tranquilitté. Le mode autonome impose d'emporter un maximum de provisions pour ne pas avoir à laisser le canoé en bord de Loire avec tout le matériel, le temps d'aller faire des courses. ( Laisser le canoé ne me convient guère, je ne suis pas en confiance.)

 

b] Ensuite il y a très certainement le désir de vouloir se prouver que malgré les problèmes de santé divers, il est encore possible de faire quelque chose que j'aurais aimé pouvoir faire par le passé, mais pour quoi je n'ai jamais pu trouver la disponibilité suffisante pour aboutir. Ce n'est pas un challenge, du genre "personne ne l'a fait donc je vais le faire" puisqu'au contraire de nombreux descendeurs de Loire ont fait cette randonnée et ont expliqué comment faire; au contraire c'est une ballade en solitaire avec des objectifs définis et relativement faciles à atteindre, sans contrainte de temps. Pas d'obligation de passer Nevers, Orléans ou Blois avant le 12 ou le 17, toute latitude existe pour se poser une demi journée et contempler le fleuve. Ce point là est important et fait partie de la motivation.

 

c] Cette descente de Loire comporte des activités de canotage journalières c'est sur, mais aussi des mises en oeuvre de bivouac, d'autonomie sur plusieurs jours qui peuvent être aussi une part du voyage et de l'intérêt que l'on peut avoir à le réaliser.

 

BILAN

 

A la suite des 6 questions clés du plan, on doit être en mesure de voir les points sensibles et de les traiter séparément.

 

a] La question technique: A ce stade de la réflexion et de la construction du plan de randonnée, le seul point technique qui peut ressortir comme difficile à gerer sera le passage des barrages ou des seuils nécessitant un portage. La difficulté existante est accrue par le fait d'être seul à assumer le portage, et cette option peut devenir difficile à gérer. Cette question du portage sera traitée plus loin dans un chapitre spécifique afin de ne rien laisser passer et de tout préparer pour que ces moments de la randonnée soient gérés et maitrisés comme il doivent l'être.

 

b] La question sécurité: Le risque de retournement d'un canoé existe et c'est pour cette raison que la totalité de l'équipement devra être transporté dans des bidons étanches attachés au canoé qui est lui même insubmersible. Pour ce qui me concerne, un gilet sécurité assurant la flotabilité en cas de retournement de l'embarcation et de bain forcé... brrrr!!

 

c] La question santé: il sera utile de constituer une pharmacie de randonnée qui contiendra les nécessaires en cas de blessure ou de malaise passager, en plus des médicaments de traitement permanent dont la quantité sera évaluée pour couvrir une période supérieure à la durée de la randonnée.

 

d] Afin de pouvoir joindre les membres de la famille en cas de problème sérieux ou même les secours si besoin, je conserverais un téléphone portable auquel sera associé un chargeur solaire pour assurer une autonomie permanente sur la durée de la randonnée.

 

 

Logigramme-VE

 

LE PLAN

 

Après cette phase de réflexion, on peut aboutir au plan du projet de randonnée avec une cohérence et une faisabilité plus murie qu'elles ne pouvaient l'être avant de passer par les 6 questions clés. La question du portage, notamment pourra faire l'objet d'essais ou d'entrainement pour affiner la technique.

Le plan de la randonnée peut se construire à partir des éléments étudiés ci avant.

Randonnée nautique de Roanne à St Nazaire avec bivouacs en route, hamac et tente de randonnée, en solo et en autonomie. Bidons étanches contenant les vêtements et les vivres, calculés pour la période de randonnée avec une marge de sécurité. Matériel de couchage en bidons étanches. Trousse médicale et accessoires en bidons étanches. Utilisation du guide "La Loire vue du fleuve" pour chaque secteur, détail de la totalité des points de passage nécessitant un portage ou la cordelle.

Le déroulé du parcours est consultable ci dessous avec les portages obligatoires ou possibles selon les conditions. Les Secteurs font référence au guide "La Loire vue du Fleuve"

 

LA RANDONNEE LIGERIENNE

   

                                            Loire a Roanne

                                                           La Loire à Roanne

POINT DE DEPART ROANNE

Mise à l'eau: Au nord du pont barrage: coordonnées GPS du point de mise à l'eau  04°05’00 E 46°02’14’’N  Quai du Commandant De Fourcault en aval du barrage du port.

 J'ai listé ci dessous dans un tableau, tous les points de passage délicats tels que portages ou cordelle ou encore ceux qui nécessitent une reconnaissance avant franchissement.

Les mentions en haut de tableau (hormis "numérotation" qui n'est que le comptage des points délicats à franchir) font référence au guide "La Loire vue du Fleuve"

 

Loire a Nevers

 La Loire à decize

 

 

                                                              

  EMPLACEMENT  
SECTEUR DESCRIPTIF PAGES  GUIDE

1

PONT CANAL AVANT DIGOIN APRES OBSERVATOIRE

9

SEUIL DIFFICILE A FRANCHIR: PORTAGE EN RG OU CORDELLE

      86 87 88

2

SORTIE DE DECIZE

12

PORTAGE OBLIGATOIRE EN RG 100 A 200 M AVANT LE DEVERSOIR OU EN RD PAR LA DIGUE ET L ESCALIER

      107 108

3

SEUIL A IMPHY

12

PASSAGE EN EAU PAR LA DROITE APRES RECONNAISSANCE OU EN RG EN CORDELLE

 108    

4

SECOND PONT DANS NEVERS CENTRE VILLE

12

PORTAGE EN RD OU CORDELLE OU ENCORE PORTAGE EN RG SUR LE SABLE

108 109 

5

PONT N151 EN VILLE LA CHARITE /LOIRE 

13

PASSAGE PAR LA 3EME ARCHE A DROITE (PANNEAUTAGE) OU PORTAGE EN RD

116

6

CENTRALE DE BELLEVILLE

15

PORTAGE EN RD OU CORDELLE SE POSITIONNER AU PLUS TOT  

130

7

CHATILLON /LOIRE SITE DE MANTELOT

16

PASSAGE ENTRE L ILE ET LA DIGUE

136

8

PONT DE GIEN  

17

PASSAGE DU PONT PAR RD EN EAU

136 144 145

9

CENTRALE DE DAMPIERRE EN BURLY

17

ZONE DE PORTAGE EN RG SUIVRE LES BOUEES.  REPERAGE AVANT DE FRANCHIR

143 144 145

10

ORLEANS PONT ROYAL

19

PASSAGE EN RD PAR L EAU OU PORTAGE  RD

160

11

MEUG/LOIRE PONT JEANNE D ARC

19

RESTE DES PILES EN PIERRE SURVEILLER ET PASSER EN EAU EN RD

160

12

PONT DE BEAUGENCY

19

PORTAGE SI BASSES EAUX OU EN EAU DERNIERE ARCHE EN RD

160

13

CENTRALE DE SAINT LAURENT DES EAUX

20

PORTAGE EN RD SUR ENVIRON 300M DEBARQUER 100M EN AMONT AVANT LIGNE HT

165 

14

AMONT DE BLOIS VESTIGE DE BARRAGE

21

PRUDENCE : SURVEILLANCE AU PASSAGE DES RESTES DE BARRAGE: PASSAGE EN RD

173

15

BLOIS PONT DE LA CHAUSSEE ST VICTOR

21

PASSAGE EN RD ET PORTAGE

174

16

BLOIS PONT EN VILLE

21

PORTAGE SI BESOIN PAR RD PILES ENCOMBREES DE  PIERRES DE VIEUX PONT

174 175

17

PONT CENTRE VILLE AMBOISE

22

APPROCHE EN RG ET RECONNAISSANCE POUR CHOIX DU MEILLEUR PASSAGE

180 181

18

PONT DE TOURS 4 EME PONT EN CENTRE VILLE

23

PASSAGE EN CORDELLE POSSIBLE EN RG. DANGER ARCHE 4 EN RG  

186

19

AVANT PONTS DE CE

28

SERRER EN RD POUR NE PAS ENGAGER SUR LE LOUET

222

20

LES PONTS DE CE

28

PASSAGE EN EAU ARCHE 2 ET 3 EN RG  OU EN RD DERNIERE ARCHE

222

 

Entre les informations du guide et celles reprises dans divers recits sur internet, il est clair que tout ce tableau reste théorique et que sur le terrain il en sera sans doute autrement; sur place il y aura toujours au moins une vigilance à assurer pour les 20 points du tableau, et peut être aussi pour d'autres...

 

 

SECTEUR NANTES A ST NAZAIRE

Marée et super tankers sont les deux principaux obstacles à surveiller.

La poursuite de la navigation est réalisable par marée descendante plus favorable. 

 

Entre Roanne et St Nazaire, on compte 84 ponts sous lesquels il faut passer avec à chaque passage une vigilance particulière sur la question du courant, de son accélération due aux piles, des obstacles, des possibles embacles bloquées au piles...

 

 

 

La Loire à OrleansLa Loire a Tours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 LA METEO

 

Un paramètre non maitrisable et qui a une grande importance, c'est la météo avec le vent et les précipitations. Le régime dominant en France c'est un vent de secteur Ouest et une grande majorité des précipitations entrent sur le territoire en commençant par la Bretagne et traversent le pays d'Ouest en Est. Vu l'orientation géographique de la Loire, le navigateur risque fort de subir du vent de face à partir de Briare ou Gien, et de plus en plus en remontant vers Orléans et St Nazaire. Pour cette raison, il est important de choisir une période de météo clémente en espérant fortement qu'on sera épargné. Si la pluie se mêle au vent, la descente se transforme en galère et le descendeur en galérien.

On va tenter de faire une approche de la question météo et de voir s'il est possible de mettre toutes les chances de notre côté. Il est bien entendu que nul ne peut garantir des conditions idéales, puisque les météorologistes prévisionnistes eux mêmes, en l'état actuel des connaissances scientifiques ne peuvent y parvenir.

La météo est une science de chiffres et de très nombreuses statistiques existent. De nombreux sites proposent des informations en temps réel et certains offrent de statistiques; c'est un de ces sites que j'ai retenu pour son potentiel d'information consequent. Il s'agit d'un site en anglais  Weatherspark qui nous propose une quantité de données très intéressantes par ville.

En voici un petit tutoriel avec des copies écran.

 

Prenons comme exemple la ville de Nantes qui présente plusieurs avantages: Elle est en fin de parcours sur la cote ouest et recevra donc les précipitations venant de l'ouest en premier. Elle propose des données complètes sur plusieurs années, ce qui permet d'étudier les meilleures périodes pour faire son choix: Un inconvénient concernant la ville de Nantes est qu'elle est exposée à l'ouest sans protection car pratiquement en bord de mer; une ville dans les terres recevra des vents moins forts et des précipitations un peu atténuées; il faudra en tenir compte et consulter simultanément les données météo d'autres villes comme Tours ou Orléans.

Voici comment procéder:

 

Par un clic sur le lien on accède à la page accueil du site (voir images ci dessous)

On rentre Nantes dans la ligne de travail, on clique "history" et on lance la recherche avec un clic sur "search"

 

On va aboutir à une seconde page qui propose les données météo pour Nantes sur les 12 derniers mois. Cliquez sur l'image pour l'agrandir et regardez dans le cercle à droite: 10 et 12 sont sélectionnés ce qui correspond à 2012 mais comme l'année 2012 est en cours, le système propose un an de statistiques en prenant les données des 12 derniers mois.

 

Si vous sélectionnez 10 et 11, comme sur la copie d'écran 3 vous aurez les données pour 2011

 

Enfin, si vous sélectionnez 90 puis 95, vous aurez les données statistiques de Nantes pour 1995. Faites plusieurs essais. A chaque fois, la ligne en haut de page change son année de référence en affichant, par exemple:

 

"Historical Weather for 1995 in Nantes France"

meteo1meteo2

 

 

 

 

 

 

 

 meteo3meteo4

 

 

 

 

 

 

 

Une fois cette première partie de manipulation maitrisée on peut scroller la page pour accéder aux données statistiques de Nantes proprement dites:

 

Le site offre un large panel d'informations comme par exemple, et dans l'ordre des copies d'écran ci dessous:

 

La courbe des températures de l'année (ici 1995) avec le minima en bleu et le maxima en rouge. On peut voir que la valeur la plus haute se situe fin juillet

La représentation des précipitations: Comment interpréter le graphique :

Les données représentent les durées et types de précipitations et non pas les hauteurs de pluie en mm qui sont fournies dans un autre graphique.

La bande supérieure du graphique est en vert/gris si de la pluie a été relevé ce jour là , sinon on a du blanc.

Le code couleur est le suivant:

Du vert clair au vert foncé en fonction de l'intensité de la pluie.

Orange ( en juillet et en aout) représente les périodes d'orage

Bleu clair au bleu foncé représente la neige en intensité.

D'autres codes couleurs existent qui ne sont pas nécessairement présents ici.

On note que février est le mois de 1995 qui a reçu le plus de précipitations et juin le mois qui en a reçu le moins, ceci pour Nantes et ses environs immédiats.

Le troisième graphique affiche les vents pour cette année 1995. Le vent fort le plus soutenu fut le 24 juin avec 17m/s, le 22 janvier fut la journée la plus venteuse avec 12m/s de vent quasi permanent; les rafales de vent les plus fortes se sont produites le 7 septembre avec des pointes à 26 m/s; janvier fut le mois le plus venteux avec une moyenne de 5m/s et aout fut le mois le moins venteux avec 3m/s en moyenne.

 

meteo5 meteo6

 

 

 Une autre option très utile consiste à cliquer sur "Average", meteo7en haut de page après avoir sélectionné une ville (on obtient la liste des villes de France présentes dans la base de donnée du site en cliquant sur "France" en haut de la colonne de droite). Ceci étant, on peut tout a fait saisir "Roanne, France" et le système ira chercher les données du terrain répertorié le plus proche.

On accède alors à une page qui affiche des graphiques donnant des moyennes mensuelles pour un certain nombre de phénomènes météo. Ces données sont variables selon les enregistrements réalisés et on n'obtiendra pas des plages comparables pour Orléans et pour Nantes mais on peut voir les moyennes de pluies de températures etc.. sur 15 ou 20 ans.

 

L'option "Dashboard" offre aussi un accès aux statistiques intéressant. Comme toujours, en premier lieu, on sélectionne une ville. On clique sur "Dashboard" en haut de la page et on arrive à un écran silimaire à celui ci dessous. (cliquez sur l'image ci dessous à droite pour l'agrandir) Pour avoir plus de lisibilité on clique sur "graph" en haut à droite et on ne sélectionne qu'un seul graphique pour ne pas encombrer la page. On passe ensuite sur l'ascenceur horizontal en bas de page ( voir flèches sur l'image) et on fait varier pour consulter les données selon les années et les mois.

Dans l'exemple ci dessous, on a sélectionné dans l'onglet "graph" la direction du vent,("wind direction") les rafales ("wind gust") et la vitesse moyenne ("wind speed") du vent. La lecture des rafales de vent se fait plus facilement sur le graphique du site, en promenant le curseur sur la zone, ce qui fait apparaître les valeurs.    

 

weatherspark history wind

weatherspark st yan roanne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La carte sur la gauche du graphique est facultative; on peut la supprimer en agrandissant l'image du graphique ou la conserver pour sélectionner une autre ville en cliquant directement sur la station de relevés qui correspond.

 D'autres types de données sont présentes, comme par exemple les températures sur 24h, la couverture nuageuse, l'humidité, le point de rosée (notion de T° de condentation de l'humidité de l'air dans la formation de brouillard) la vitesse du vent... Vous pouvez retrouver ces données pour 1995 ci dessous et dans le même ordre.

 

meteo8meteo9

 

 

 

 

 

 

meteo10meteo11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

meteo12

 

 CONCLUSION METEO

 On a maintenant tout ce qu'il faut pour regarder précisément les conditions météo de Nantes sur une longue période, disons de 1975 à aujourd'hui soit au moins 35 ans.

Nantes, mais pas seulement: on peut voir la même chose pour Tours, Orléans, et d'autres villes ou secteurs. A noter que lorsque la ville saisie n'est pas répertoriée, le système recherche le point d'observation le plus proche pour lequel il détient des données. Pour exemple, avec Nevers, il donne Gron qui se trouve à environ 35 km.

 

Si on regarde simplement les précipitations, on va pouvoir définir quel mois est le moins pluvieux pour chaque année de la période choisie. On peut faire de même pour le vent et rechercher quel mois a été le moins venteux. Lorsque cette recherche aura été faite pour Nantes, on peut la reproduire pour Orleans ou Tours. A noter qu'il faut préciser "Orleans, France, sinon, on risque de se retrouver avec les statistiques d'Orleans en Californie !!

 

Une fois rassemblées toutes les données, on sera en mesure de choisir statistiquement le mois qui reçoit le moins de précipitations; Espérons que le niveau d'eau sera suffisant pour réaliser une descente confortable mais ça, c'est une autre affaire! Cette question est à mon avis, difficile à anticiper et s'il existe des données statistiques sur le niveau du fleuve, je ne suis pas convaincu qu'elle puisse être utile à la préparation d'une descente. Le niveau d'eau n'est pas seul en cause.

 

Faire un choix munie de toutes ces données n'est pas simple, car il y a toujours plus ou moins de précipitations relevées pour un mois donné. Peut être que la période allant du 15 juin au 14 juillet serait plus favorable si on ne considère pas septembre qui semble ressortir comme le mois recevant le moins de pluie sur les années considérées, mais qui doit présenter un lit de flleuve plutôt sec pas vraiment favorable à une descente de Loire Il faut analyser tout ca et faire un choix qu'on espère être le bon.

 

                                                   La loire à St Nazaire

                                                                 La Loire à Saint Nazaire

                    

LE MATERIEL

 

 

LE CHOIX D'UN CANOE

 

Parmi les nombreux modèles existants ici ou encore ici ou  et encore là il semble me que le canoé Old Town Discovery 158 soit le bon compromis. Il a déjà été utilisé pour un projet identique mais démarré de plus haut vers l'amont que ce que j'imagine faire, et s'en est bien tiré. Des habitués à la navigation en canoé, en kayak de mer ou rivière me l'ont conseillé.

Le Old Town Discovery 158 est un canoé à fond plat conçu pour la randonnée en eaux calmes. Il affiche une excellente stabilité et une bonne capacité de charge. il est construit en 3 couches: Une couche de mousse PE prise entre deux couches de PE rigides le rendent solide et insubmersible. Il reste un des moins chers du marché ce qui n'est pas à négliger dans une comparaison coût/performances.

Voici ses caractéristiques :

longueur 4.80m

largeur 90.2cm

poids 36.2kg

charge maxi 512kg

prix 1040€ fin 2014

Il à l'avantage d'avoir une charge des plus importantes parmi les canoés proposés à la vente et une capacité d'accueil de 3 adultes ou deux adultes et deux enfants ce qui représente un poids moyen de 200kg laissant 300 kg de marge, largement de quoi ajouter le pique-nique de toute une journée et plus encore...

Mon choix ira donc volontairement vers un canoé plus familial que sportif ou de descente, car je désire un canoé polyvalent et pouvant par la suite servir à d'autres projets et activités de loisir. Le Discovery 158 avec des 4.80m et son fond plat doit se preter parfaitement à la descente de Loire.

Je voudrais par exemple pouvoir aussi m'en servir ensuite sur lacs ou rivières comme le Verdon ou la Midouze. (La Midouze, rivière des Landes arrose Tartas et se jette dans l'Adour. elle se forme à Mont de Marsan par la réunion du Midou et de la Douze). Le Lac d'Arjuzanx est aussi très attractif et paisible à naviguer. La Creuse, la Vienne sont des rivières attirantes pour une activité de loisir. En fait, ce ne sont pas les opportunités et les emplacements qui manquent surtout en France, le réseau fluvial est dense et on peut canoter sur de très nombreuses rivières.

discovery158

discovery-158

 

OLD TOWN  DISCOVERY 158

Cependant, à ce jour, de nouveaux modèles viennent sur le marché et remplacent avantageusement le OT 158 qui n'est plus d'actualité. A voir les fabrications anglaises, notamment avec des modèles comme les Prospector 16 ou Ranger 160 ou encore le Hunter chez Venture

Le Ranger160 de Venture commercialisé par Canoe Company semble proposer de bonnes performances! 

      

Ranger16 2               Ranger 16

 

Le choix définitif n'est pas encore fait et les conseils de spécialistes lors de l'achat seront bienvenus.

Avril 2015, après plusieurs contacts avec Canoe Company, le choix s'est porté sur le canoé canadien Ranger 160 de Venture. J'espère que ce sera un bon choix.

Voici ses caractéristiques:

 

  • Largeur 90 cm
  • Profondeur 34 cm
  • Poids 32 kg
  • Longueur 490 cm
  • Matière Polylink
  • Nombre de places 2 à 3 places
  • Charge utile max 450 kg
  • Prix 1049€ chez Canoe Company

Ces données sont celles du fabricant et on peut raisonnablement considérer que la charge de 400kg est déjà confortable sachant que plus on charge, plus on fait chuter la maniabilité.

La largeur de 90cm dans la section la plus large devrait permettre de charger deux bidons côte à côte

Le poids de 32 kg n'est pas excessif pour une manutention au chargement pour le transport.

Le canoé est livré en 2 places avec 2 sièges toile installés. Une option 3ème siège est possible sur demande.

La longueur de presque 5m est conséquente mais donne du volume pour optimiser son chargement; même à deux passagers, il doit rester assez de place pour mettre les bidons et on ne devrait pas arriver à la charge utile. Considérons la charge maxi à 400kg pour avoir une marge, si les deux passagers font 150kg, il reste 250 kg de charge de matériel, ce qui est largement suffisant pour le type d'utilisation auquel je le réserve, il est peu probable que j'atteigne les 200kg de charge, même à deux, nous serons sans doute plus proche de 100kg de charge, ce qui devrait avoisiner 250kg tout compris. Seul, le poids passager matériel cumulé pourrait arriver à 200kg. Bien réparti, le canoé devrait avoir une bonne stabilité. On verra avec la pratique comment optimiser la répartition des charges.    

 
 

 

  midou_adouze

 

Arjuzanx

 

 

 

 

 

La Midouze à Mont de Marsan                     Le lac d' Arjuzanx dans les Landes

gorges_verdon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les gorges du Verdon

 

 LES BIDONS

 

Les bidons sont indispensables car ils vont conserver au sec tout ce qui doit l'être. A naviguer sur un fleuve comme la Loire, les occasions de tremper son matériel sont légions; sans penser au pire, il peut arriver que le canoe se retourne et que tout l'équipement se retrouve à l'eau, ou que de l'eau embarque dans les courants.

Les conditions climatiques n'étant pas maîtrisées, le voyageur est à la merci d'une averse ou d'un orage soudain et avant d'être à l'abri, il est trempé.

Pour toutes ces raisons, la totalité de son équipement doit être protégé et la meilleure méthode c'est de tout mettre dans des bidons étanches. Pour bien répartir les charges et ranger proprement l'équipement du voyageur il en faudra plusieurs: Un pour la tente, le hamac et sa bâche; un pour le sac de couchage, un matelas, des vètements de rechange et des affaires de toilette. Un pour la nourriture et le matériel de cuisine. Il faudra encore caser le filtre à eau, les papiers d'identité, l'argent liquide, les cartes et plans, l'appareil photo, le gps, une hachette, une pelle pliante, une pharmacie, des chaussures sèches, des pinces à linge, un couteau de sécurité, et plusieurs metres de corde a usage divers. Cette liste n'est pas exhaustive mais seulement indicative de ce qu'il faudra protéger contre un orage ou un retournement. Le nombre et la taille des bidons sera à établir après l'acquisition du canoé, de façon à prendre les dimensions en compte et optimiser le rangement. Les bidons devront comporter des couvercles à poignées facilitant le vissage et permettant d'y passer une corde pour les solidariser au canoé. Si tel n'est pas le cas, il sera utile de percer le couvercle en un emplacement bien choisi pour passer la corde et rendre ainsi le bidon solidaire du canot.

 

 

bidons

 

 

LE MATERIEL ANNEXE 

 

Pour un tel projet, le canoé et ses bidons ne suffisent pas, et la liste du matériel indispensable devra être dressée de manière exhaustive pour ne pas se voir confronté à de réelles difficultés lors de la mise en oeuvre. Cette liste est consultable un peu plus loin dans ce blog. Elle reste un modèle étant entendu que tout ce qu'elle comporte n'est pas obligatoire mais elle aura l'avantage de servir à un choix final pour ne rien oublier.

Dans de chapître, on va tenter de lister le matériel nécessaire à la réalisation de la descente de la Loire, de Roanne à Saint Nazaire. Pour faire cette liste, je me suis inspiré des écrits de descendeurs de Loire qui m'ont précédés et de différents échanges sur les forums spécialisés en canoé ou kayak de rivière sur de longs parcours. Les expéditions intéressantes sont celles qui durent plusieurs jours; à partir d'une semaine il s'est écoulé assez de temps pour que surviennent des problèmes auxquels on ne risque pas d'être confronté lors d'une ballade d'un après midi. La liste qui suit est indicative et tous les accessoires qui y sont listés ne sont pas obligatoirement à embarquer, car certains font double emploi et d'autres vont s'avérer totalement inutiles. Le but est de constituer une liste exhaustive et de faire ensuite un tri selon les choix qui seront faits pour le parcours, le type de bivouac, la question alimentaire, etc... Les diverses décisions vont changer le profil du parcours et de fait, le matériel embarqué pourra être différent.

 

CANOE

PAGAIE

2 SUPPORTS DE PAGAIES

GILET DE SECURITE

CHARIOT DE PORTAGE

2 SANGLES D'ATTACHE

TENTE

HAMAC DOUBLE

MOUSTIQUAIRE

MOUSTIQUAIRE 2

MOUSTIQUAIRE 3

BACHE DE PROTECTION PLUIE (TARP)

CORDES DE SUSPENSION HAMAC

SAC DE COUCHAGE

MATELAS

BIDONS ETANCHES

MACHETTE

LAMPE FRONTALE

PELLE PLIANTE

SANDALES

KIT REPARATION CANOE

COUTEAU

RECHAUD BLEUET

2 CARTOUCHES DE GAZ

UNE POPOTE  (1 ou 2 Personnes )

2 PAIRES DE CHAUSSURES SECHES

2 PAIRES DE CHAUSSURES EAU

1 CHARGEUR SOLAIRE

GPS

1 ECOPE

CAPE DE PLUIE

FILTRE A EAU MSR

PASTILLES MICROPUR

GANTS MITAINES

DUCT TAPE (Collant toilé, plastifié en rouleau)

CAPE DE PLUIE CANOE

PINCES A LINGE

PHARMACIE

BIDON 5L A EAU POTABLE

CHAPEAU

FUSIL HARPON

JUMELLES

1 KWAY

1 APN

UNE CANNE (LANCER )

MOULINET ET LEURRES

2 CORDES DE 10m

1 CORDE DE 15m

LUNETTES DE SOLEIL + CORDON

SERVIETTE DE PLAGE

VETEMENTS DE RECHANGE

VETEMENTS SECS

1 GOURDE

5 ROULEAUX PAPIER TOILETTE

COUSSIN OU OREILLER

NECESSAIRE DE TOILETTE

KRAMA OU CHECHE

UN ROULEAU PAPIER ALU

UNE SERPILLIERE

GROSSES EPONGES

UN THERMOMETRE

UN CALEPIN CARNET DE BORD

STYLO, CRAYONS...

BRIQUET

 

 

 


La liste ci dessus doit être vue comme évolutive; comme dit plus haut, certains objets en seront supprimés. Ceux qui n'ont pas de liens sont déjà en ma possession, ceux avec des liens renvoient à un site de vente pour donner une idée du produit et de son prix. Cette liste ne comprend pas de produits alimentaires car il faudra faire un choix entre les produits lyophilisés, les produits déshydratés, des produits plus classiques ou même, un assortiment des trois. La question alimentation est d'ailleurs traitée dans un chapitre dédié. Enfin, selon que le projet évoluera vers une descente en solo ou en couple, il faudra bien entendu réajuster cette liste.

 

LES FILTRES A EAU

 

J'ai regardé et recherché des infos sur un filtre à eau pour ne pas avoir à emporter 3 ou 4 packs d'eau à 9kg les 6 bouteilles, soit pour 3 packs 27 kg de charge! C'est supportable dans le camping car pas dans le canoé, le poids et le volume étant deux excellentes raisons pour opter pour une autre solution.

 Il existe plusieurs filtres à eau dans le commerce mais tous semblent fonctionner sur le même principe: On pousse l'eau à travers une cartouche céramique qui la débarrasse des bactéries, des protozoaires des kystes, des produits chimiques mais pas trop bien des virus. C'est le cas du filtre Miniworks MSR, un des classiques du marché mais qui filtre certainement l'eau au niveau potable.

 

filtreOn peut, après filtrage ajouter une pastille de micropur pour assurer une eau consommable. Pour l'eau de Loire, on s'en tiendra surement au filtrage sur cartouche céramique avec le Miniworks MSR après décantation ou filtrage à travers un linge ou un filtre à café pour clarifier l'eau des impuretés en suspension qui pourraient boucher le filtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filtre care plus sawyer

  Mars 2015: La question du filtrage progresse avec du matériel nouveau, moins cher plus simple et tout aussi efficace. Un nouveau filtre vient d'apparaître sur le marché: Le CARE PLUS de Sawyer.  Ce filtre à utiliser avec de l'eau claire, très certainement pour éviter de le boucher, retient bactéries et protozoaires; si on traite ensuite l'eau filtrée avec des pastilles de micropur forte on atteint un excellent niveau de protection car on élimine aussi les virus,  à condition bien sur de bien respecter tous les modes d'utilisation.

Ce sera le filtre que je choisirais, associé à des pastilles d'hydroclorazone, d'une efficacité moindre que le micropur, car demandant une consommation sous une durée réduite, ( 24 à 36 h)  alors que l'eau traitée au micropur se conserve sans développement de germes. 

 

 

 

 

L'ALIMENTATION

 

Le chapitre de l'alimentation est vaste. Si on considère que la question de l'eau potable se regle avec le filtre, la question de repas adaptés à la situation itinérante et fournissant les calories utiles à compenser l'effort physique et le froid nocturne doit être sérieusement étudiée. Pour ce faire, le Site de Carnets d'aventures servira de référence pour la constitution d'un stock alimentaire transportable, facilement utilisable pour la préparation de repas.

Le tableau des calories proposé par Carnets d'Aventure et consultable ici permet de s'inspirer d 'une liste relativement exhaustive d'aliments potentiels et de composer facilement son stock. c'est  ce que j'ai fait pour remplir les boites et mes bouteilles. Merci au passage à Johanna Nobili.

Pour simplifier, on peut établir les repas pour dix jours et considérer que pour 20 jours on a juste à multiplier les quantité par deux ou mieux, ajouter des repas qui ne sont pas déjà dans la liste.

Je vais traiter la question par chapitres qui se nommerons respectivement PDEJ, DEJ, DIN, COMP

PDEJ pour Petit Déjeuner

DEJ pour Déjeuner

DIN pour Diner

COMP pour complément

P. DEJ

Pour les petits déjeuners on pourra emporter un mélange de Banania et de lait en poudre au dosage proportionné, soit 2 parts de Banania pour 3 parts de lait en poudre soit 20 cuillères à soupe de Banania et 30 cuillères à soupe de lait en poudre pour 10 jours. Faire un test de la qualité du dosage avant validation et ajouter du sucre en poudre si besoin. Conditionner le tout dans une bouteille plastique eau de 1L ou 1.5L selon volume. On peut emporter des dosettes de café liophilisé, si on préfère le café comme boisson de PDEJ avec du sucre en poudre en bouteille plastique. On peut tout a fait séparer chocolat en poudre et lait en poudre afin d'avoir un plus grande souplesse d'utilisation des deux produits.    

On pourra agrémenter de tortillas ( pas les triangles apéritifs, les tortillas souples, en forme de crêpes) qui se conservent très bien, ou de gâteaux secs, de fruits secs type abricots, raisins secs, figues, dattes, prunaux. Pour 10 jours de PDEJ prendre 12 tortillas, 2 paquets de gateaux secs et des fruits secs le tout dans des boites tupperware.

DEJ et DIN

On pourra conditionner en bouteilles plastique ou boites Tupperware les produits suivants:

Semoule, pâtes, riz, lentilles, polenta, mélanges céréales Tipiak a raison de 50g par repas soit 400 g pour chacun. Afin d'en agrémenter la consommation, emporter des sauces en tubes ou en flacons pour assaisonner. Prendre également sel, poivre épices. Le manque de viande pourra se compenser avec des sardines en boite et du thon et quelques conserves lyophilisées ou même en boites. La poudre d'oeufs est également à mettre au menu car elle permet de réaliser facilement des omelettes en y ajoutant ce qu'on trouve dans la nature. Ajouter un flacon d'huile d'olive qui pourra rehausser le gout de nombreuses préparations.

COMP

Les compléments alimentaires seront utiles pour supplanter les manques et apporter de l'énergie pendant l'effort. Ils pourront servir de dessert le cas échéant.

on pourra emporter du chocolat, des barres de céréales, de la pate d'amande, des fruits secs tels que cajou, pignons, cacahuètes, noix, des pâtes de fruits, des fruits séchés comme figues, dattes, bananes séchées, abricots, ananas, prunaux, etc...

On emportera également des dosettes de café lyophilisé 15 pour 10 jours de trip et du sucre en poudre en dosette, 30 environ si on n'a pas opté pour le sucre en bouteille plastique.

 

nourriture-bivouac

Les plats lyophilisés

il existe de nombreux plats lyophilisés et on pourra en emporter quelques uns mais l'ensemble de l'alimentation d'une randonnée ne peut être basée uniquement sur ces plats tout prets.

Ils restent relativement chers et peu copieux, eu égard au volume alimentaire nécessaire à un randonneur. Ce sont des préparations déshydratées qui contiennent des additifs de conservation dont on peu douter du bienfait sur l'organisme à long terme. Enfin, les emballages sont conséquents et il faudra les gérer.

Pour les avantages, ils sont déjà cuits et cuisinés, il suffit de les réhydrater en ajoutant de l'eau chaude et de consommer. L'emballage peut même servir à la consommation et le contenu est équilibré et relativement gouteux. Leur usage simplifie grandement la vie du randonneur.

En conclusion, on pourra se constituer une autonomie alimentaire en étudiant bien son emport en quantité par rapport à la durée de randonnée et à l'effort physique fourni. Les compléments alimentaires sont incontournables et devront faire partie du packaging. Les condiments également pour agrémenter les repas quotidiens.

On reste là dans un concept de randonnée en autonomie; il est clair que l'on peut tout a fait revoir la question en s'arretant dans les villes ou villages pour acquérir des compléments de repas dans les commerces ou sur les marchés. Ceci rejoint le mode de fonctionnement de chacun et le concept que l'on veut bien donner à son voyage. 

Un dernier point qui a son importance: il faut être vigilant aux risques de carences si le voyage se prolonge: Pour les courtes durées n'excédant pas un mois, on peut varier et ne pas être amené à supplementer avec des vitamines, mais il faut faire attention au manque de fruits frais et autres supports de la vitamine C. Avaler de temps à autre un comprimé de Vitamine C peut être une solution à court terme. De  même pour la vitamine B. Les carences en Fer peuvent aussi se présenter. On trouve du fer dans les pois, les lentilles, le chocolat.

 

Voici la liste des produits que j'ai constitué et que je compte acquérir pour assurer mes repas durant ma descente de Loire: Il faudra calculer pour chaque, les quantités, en fonction de la dose unitaire utile pour un repas et du nombre de repas. Ce n'est pas simple car au départ, je ne connais pas la durée et donc pas le nombre de jours et de repas... De plus il faut intégrer la notion de variété et d'équilibre alimentaire.

 

ALIMENTS

CONDITIONNEMENT

RAISINS SECS

BOITE TUPPERWARE

DATTES

BOITE TUPPERWARE

FIGUES

BOITE TUPPERWARE

PRUNEAUX

BOITE TUPPERWARE

NOIX DE CAJOU

BOITE TUPPERWARE

NOIX DE PECAN

BOITE TUPPERWARE

CACAHUETES

BOITE TUPPERWARE

BANANES SECHEES

BOITE TUPPERWARE

ABRICOTS SECS

BOITE TUPPERWARE

MUESLI CEREALES ET FRUITS

BOUTEILLE

GATEAUX SECS

BOITE TUPPERWARE

PAIN D EPICES

BOITE TUPPERWARE

LAIT EN POUDRE

BOUTEILLE

OVOMALTINE

BOUTEILLE

CHOCOLAT EN POUDRE

BOUTEILLE

CHOCOLAT EN TABLETTES

BOITE

CAFE DOSE  NORMAL + DECA

60 DOSES

SUCRE POUDRE

BOUTEILLE

SEL

BOITE

POIVRE EPICES MELANGE

BOUTEILLE 33CL

SEMOULE DE BLE TIPIAK

BOUTEILLE

PATES COQUILLETTES

BOUTEILLE

RIZ BLANC

BOUTEILLE

SEMOULE DE BLE COUSCOUS

BOUTEILLE

LENTILLES

BOUTEILLE

SOUPES SACHETS DESHYDRATES

BOITE TUPPERWARE

COMPOTE EN SACHETS

BOITE TUPPERWARE

PATES EN SAUCE SACHETS

BOITE TUPPERWARE

SIROP

BOUTEILLE

HUILE D'OLIVE

BOUTEILLE

SAUCISSONS SECS

VRAC SAC TOILE

SARDINES

BOITE  CONSERVE

THON

BOITE  CONSERVE

MAQUEREAU

BOITE  CONSERVE

VIANDE EN BOITE

BOITE  CONSERVE

FARINE A PAIN

BOUTEILLE

PUREES DESHYDRATEES

BOUTEILLE

SAUCES EN TUBE

BOITE TUPPERWARE

SAUCES EN FLACON

BOITE TUPPERWARE

FROMAGE

BOITE TUPPERWARE

TORTILLAS DE BLE

BOITE TUPPERWARE

 

    La mention "bouteille" pour le conditionnement signifie bouteille plastique type eau 1.5l ou 1l vidée et séchée pour être remplie de riz, de pâtes, de lentilles... Au départ, je compte emporter des fruits frais qui dureront le temps qu'ils pourront... 

 

LA PHARMACIE

 

La pharmacie est un point important, à lire les récits des prédécesseurs. Que faut il emporter, ou plutôt à quel problème risque t-on d' être confronté, qui justifie de trimballer une pharmacie adaptée? Courbatures; ampoules aux mains, tendinite; problème aux pieds avec l'humidité. C'est probable que j'en oublie et que la liste devra être revue. En attendant, je vais déjà mettre ce qui correspond le mieux dans la pharmacie, c'est à dire pommade anti inflammatoire (Ibuprofène) et comprimés, soins des ampoules, Biafine, Mytosil, talc ou équivalent, sans oublier la protection solaire, tant le risque de brûlure est omniprésent sur l'eau avec la réverbération et le fait d'une exposition sans ombre. N'oublions pas l'imodium ou son équivalent pour couper les diarrhées et tenter de calmer les problèmes intestinaux. Ne pas oublier bien sur, les traitements permanents pour la durée de la rando plus une marge de sécurité qui sera fonction des possibilités locales de réaprovisionnement.

(On ne prendra pas la même marge pour descendre la Loire ou remonter l'Amazone.)

EXPLORATEUR  

 

 


 LES BIVOUACS

 

Bien évidemment, se pose la question des bivouacs. Deux options s'offrent au descendeur ligérien: la tente, ou le hamac associé à un tarp ou bâche de pluie. Nous allons voir en quoi consistent ces deux options ainsi que les avantages et inconvénients de chacune.Tout d'abord, distingons bien bivouac et camping sauvage:

 

Voir sur Randonner Malin les explications que je reprends et donne ici:

 

 Le bivouac est un campement temporaire dans un endroit peu ou pas aménagé, généralement pratiqué en pleine nature par des personnes faisant des activités de plein air (randonnée, escalade, vtt, kayak, etc.) sur plusieurs jours. Un bivouac se fait du coucher du soleil à son lever, une seule nuit au même endroit et avec un campement léger et sommaire (tente ou pas). Le camping sauvage est souvent pratiqué dans un endroit peu ou pas aménagé, un peu plus proche de la civilisation, par des personnes ayant un véhicule et restant plusieurs nuits au même endroit. 

 

Cette distinction est à bien considerer, et le cas écheant on doit pouvoir l'expliquer, car la confusion est fréquente pour le commun des mortels qui pense camping sauvage à la simple vue d'un bivouac.La tentePour la tente, c'est simple, il faut une tente légère de taille réduite permettant de passer la nuit au sec en cas de pluie. Dans une tente, on est abrité de la puie et du vent (en principe!) mais il lui faut une surface plane et relativement propre pour son installation. Avec une tente, on peut fréquenter les terrains de camping échelonnés le long des rives, mais également bivouaquer sur les rives ou les iles du fleuve. Les piquets de tente couramment dénommés sardines devront être adaptés à l'utilisation en terrain sableux et devront être du genre cornière acier pouvant résister à la traction en terrain meuble.

 

Le hamac

 

Pour l'utilisation de cet accessoire, on pourra tout d'abord se référer à l'excellent article de Carnets d'Aventures intitulé bivouacs en hamacs.


Le gros avantage du hamac c'est qu'il ne s'installe pas au sol, donc peu importe si le terrain du bivouac n'est pas plat. Par contre, il lui faut deux arbres assez grands, distants de 4 ou 5m, et pour se protéger de la pluie, il faut positionner un tarp* au dessus, sur une corde tendue.

 

La mise en oeuvre est sans doute plus rapide que pour la tente mais les inconvénients existent. Le froid remonte du sol et il faut s'en proteger avec un matelas ou un dispositif isotherme, sachant que le poids du corps exerce une pression sur la toile du hamac ce qui engendre une position de sommeil différente de celle adoptée dans une tente. La protection contre le froid et le vent reste donc relative avec le hamac même si elle n'est pas parfaite avec la tente. Il faudra donc avoir un sac de couchage de qualité, type "trois saisons" assurant une bonne protection contre le froid. N'oublions pas que la température chûte toujours au lever du jour et qu' en bord de Loire, l'humidité vient s'ajouter pour augmenter le désagrément du phénomène.

 

Voici un lien vers une petite vidéo proposant un noeud de fixation simple pour un tarp et ne necessitant pas l'usage de la machette le lendemain pour demonter le bivouac.J'en suis à ce stade de la réflexion tout en me disant que si j'opte pour la tente avec matelas mousse et duvet de bonne qualité, le poids supplémentaire d'un hamac et de son tarp ne devrait pas être un réel handicap et permettrait de faire un choix selon la situation de bivouac.

 

 

   Loire_9  

 

 

 

 

 * Tarp est l'abbréviation du mot anglais tarpaulin qui signifie bâche

 

   LE PORTAGE 

 

 Le portage est une question essentielle. La descente de Loire ne se conçoit pas sans passages ou il faut remonter sur une des rives, porter tout le matériel sur 100, 200, voire 500m ou plus, pour reprendre la navigation en aval de l'obstacle que l'on aura du contourner. Ces obstacles sont précisément identifiés et le choix d'un parcours judicieux permet d'en éviter un certain nombre (au détriment peut être de somptueux paysages.) Pour rester plus pragmatique, le portage s'apparente à une contrainte et demande un effort physique souvent important.

Pour minimiser l'effort on peut se doter d'équipements adaptés qui permettront de soulager le voyageur. En premier lieu, il faut faire l'acquisition d'un chariot sur lequel on pourra monter le canoé et le faire rouler autant qu' il sera possible entre le point de débarquement et le point d'embarquement. Souvent, il faudra vider le canoé, le monter sur la rive le mettre sur son chariot, monter les bidons restés au bord, les charger et tenter de rouler jusqu'au point de mise à l'eau.

A lire critiques et expériences il apparaît que bon nombre de chariots ne résistent pas au poids canoé et bidons sur les chemins de bords de Loire car pas vraiment dimensionnés pour porter un canoé et le matériel d'un voyageur autonome. Seuls quelques modèles sont prêts à subir les 100kg de chargement que la somme canoé + bidons divers pourrait atteindre. Parmi ceux là, le chariot Cross over de Prijon. C'est lui qui pourrait avoir ma préférence, même si son prix, avoisinant 160€ en fait un des plus chers du marché. Dans le domaine du portage, on devra probablement affronter des cas pour lesquelles il ne sera pas possible de laisser l'intégralité de la charge dans le canoé. Dans ces situations, un chariot de qualité permettra de convoyer un maximum d'équipement en une fois et pour tous les autres cas, il faudra simplement improviser! Comme je n'envisage pas encore de faire rouler le canoé sur les bidons il faudra peut être faire deux ou trois tours ??


A noter que selon que l'on pratique la descente en solo ou à deux ou trois la question du portage se voit traitée differemment. Seul, il faut tout faire et ne pas trop laisser trainer son équipement sur les rives; à deux ou trois, on peut s'organiser de différentes manières et se répartir les tâches du portage ou assurer un gardiennage.

 

Ici un modèle de chariot  qui devrait être un des plus robustes du marché.   

 Chariot 75  

 

 Le circuit choisi, de Roanne à St Nazaire, si l'on s'en réfère au guide "La Loire vue du fleuve" comporte 14 portages ou passage en cordelle incontournables nécessitant pour chacun une reconnaissance. Il reste clair que ce qui est décrit dans le guide n'est en aucun cas figé dans le temps et que chaque point de difficulté a pu évoluer, ce qui signifie clairement que des cas de portage non mentionnés peuvent tout à fait surgir suite à une évolution du fleuve. Je me servirais du guide pour les portages mentionnés, tout en privilégiant les reconnaissances à l'approche de tous les seuils, ponts, barrages, centrales pour ne pas risquer de prendre un courant trop fort ou tout autre obstacle pouvant entrainer une catastrophe.

 

 LE PARCOURS

 

Le parcours se décompose en troncons entre le point de départ et le point d'arrivée. A ce titre, le livre de Jean François Souchard, la Loire vue du Fleuve est un indispensable à toute décision préalable. L'auteur décrit très précisément le fleuve sur toute sa longueur ou presque (Le Puy en Velay --> Nantes) avec tous les détails utiles à la navigation en canoé ou kayak, les points difficiles, les portages, les passages à la cordelle.

Il y aborde également la faune susceptible d'être rencontrée sur les berges, les oiseaux, les mammifères. Une première lecture de ce livre permet de dégrossir la question et de prendre un tout premier contact avec le fleuve.

Le descendeur qui veut à tout prix commencer au plus près de la source devra posséder de bonnes connaissances dans la pratique du canoé ou du kayak, car le parcours est parsemé de nombreux rapides et de zones de classes de navigation changeantes. Pour ce qui concerne ma descente, le tronçon choisi,  de Roanne à St Nazaire ne présente pas de sections de classes de navigation auxquelles je ne suis pas préparé et les obstacles à franchir sont moins nombreux que sur la partie amont.

 

Petit rappel sur les classes de navigation

 

 Les rivières françaises sont cotées de I à VI selon le niveau de difficulté. I correspond aux niveaux les plus faciles, et VI correspond aux rivières les plus difficiles. Les chiffres romains indiquent la classe de la portion de rivière décrite, les chiffres arabes entre parenthèses indiquent la présence de passages d'une cotation supérieure à la classe générale de la portion décrite. Exemple: un parcours côté I (2) est un parcours en classe I avec des passages plus ou moins longs en classe (2). Ne pas confondre avec un parcours classe I II, qui est dans sa totalité un parcours d'un niveau de difficulté intermédiaire entre la classe I et la classe II. La classe II est la limite de la pratique du canoë itinérant avec des bagages, en raison du poids des bagages et de la nécessité de naviguer en canoë ouvert, alors que les classes supérieures nécessitent des embarcations pontées. La descente de Loire que je désire mettre en oeuvre devra donc obligatoirement s'effectuer en classe I ou II et jamais plus. Ceci est un tout premier critère à intégrer dans le choix du parcours. L'autonomie sur plusieurs jours et la navigation en solo vont m'obliger à embarquer une quantité importante, ce qui signifie du poids à transporter... et à porter. Sachant par lecture assidue des aventuriers prédécesseurs sur le fleuve que le portage est le moment le moins plaisant, pour ne pas dire le plus pénible, il sera judicieux de les éviter en choisissant un parcours qui en comportera le moins possible. En consultant l'ouvrage de JF Souchard, on peut identifier les portages tout au long du fleuve et choisir un point de départ en aval des plus nombreux qui se situent pour l'essentiel en amont de Roanne.

A partir de Roanne, les portages sont toujours là mais bien moins nombreux qu'en amont. Le départ se fera donc après Roanne ou plus en aval. De plus, si certains secteurs du fleuve sont de classe de navigation supérieure à la classe II c'est en amont de Roanne qu'on les trouvera.

 

LA CORDELLE

 

La cordelle est une technique consistant à faire passer un obstacle au canoé en le maintenant au bout d'une ou deux cordes. On débarque et on fait un guidage de la rive ou même du fleuve selon le niveau d'eau. Le matériel utile est limité à une longueur de corde nylon solide (2 cordes de 15m) mais la technique reste délicate; on peut être amené à se déplacer dans l'eau ou sur des pierres et le risque de chûte est à prendre en compte. On utilise cette méthode dans les cas ou le passage ne peut se faire en pagayant par manque de fond ou lorsque l'environnement ne se prête pas à continuer en restant à bord. C'est la solution ultime avant le portage, lorsque le passage ne peut se faire embarqué ou en accompagnant le canoé en marchant dans l'eau. Vous pourrez voir ici un exemple de maniement de la cordelle par un habitué qui remonte même le courant !! Ici, le passage d'un chute d'eau.

 

NOTIONS DE CANOTAGE

 

Le canotage, ou conduite d'un canoé n'est pas aussi simple que l'on imagine au premier abord. Il existe des techniques de maniement de la pagaie qui permettent d'aller droit sans changer sans cesse de bord comme le font les pratiquants inexpérimentés. En prenant comme référence le modèle canadien, on pourra parler de coup en J, de coup en rappel, de coup en écart, de coup à la canadienne, de coup à l'indienne... Ces différents termes et bien d'autres, sont propres aux techniques de maniement de la pagaie de nos amis canadiens et très bien expliqués dans les videos ci dessous: On y comprendra comment pratiquer afin de conserver son canot en droite ligne tout en gardant la pagaie du même côté, gauche ou droit, comment virer face à un obstacle, comment se présenter de côté pour accoster etc... Merci à nos amis canadiens pour leurs explications sur l'art du canotage.

 

 
Solo élémentaire Bill Mason (en français)

Double élémentaire Bill Mason (en français)

Solo en eaux vives Bill Mason (en français)

Double en eaux vives Bill Mason (en français)

Techniques du canoé par Jeff (en français)

Randonner en canoé (en français)

Technique du coup en J (en anglais)

Pagayer droit en solo (en anglais)

Le coup en J inversé - marche arriere (en anglais)

Comment vider son canoé (en anglais)

Portage en solo (en anglais)

Demi tour et 360 (en anglais)

Exercices et manoeuvre du canoé (en anglais)

 Les diverses actions de la pagaie (en anglais) 

 

PONTAGE DU CANOE

 

Une question se pose concernant le canoé: Pour éviter d'embarquer de l'eau en marche, je voudrais bien poser un pontage sur l'avant, mais sans modifier ou toucher la structure du canoé. Le pontage, c'est une sorte de cache couvrant la pointe du canoé pour empécher l'eau des vagues de pénétrer. On voit sur l'image un pontage en bois sur un canoé bois. Je voudrais poser un pontage plus conséquent, couvrant plus la pointe que dans l'exemple. Voici un exemple intéressant de pontage fait par le navigateur sur un Old Town Discovery 158 à l'aide de panneaux de bois et de tasseaux.

 

J'ai pensé à une bâche découpée à la forme voulue avec des oeillets et une cordelette élastique à tendre mais il faudra coller des points d'attache sur le pourtour. Pourquoi pas, si ce collage se fait parfaitement et sans risque de lacher. Un aventurier ligérien a conçu un pontage bois pour un canoé identique à celui que j'envisage d'acquérir. Cette solution est peut être à étudier. Pour ça ou pour une option autre il faut à mon avis, disposer du canoé et voir comment sont les rebords, la structure, afin de choisir la bonne solution.

La bache pourrait avoir ma préférence car elle permet de glisser facilement les bidons dessous alors que ce n'est pas le cas avec un pontage bois rigide. De plus, avec les bidons glissés dessous, une bache prend un arrondi ce qui aide largement à évacuer l'eau.

 

   pontage

Pontage en bois sur un canoé bois

  


LE PARCOURS PAR LE GUIDE 

 

Voici un exemple des plans que l'on trouve dans le livre "La Loire vue du Fleuve". Nous lirons ici de bas en haut c'est à dire en partant de Roanne plan T1 (pour tronçon N°1) en remontant vers le plan T4. Chaque tronçon reste assez détaillé et le plan permet sans doute de suivre son avancée et d'anticiper les obstacles. Les plans sont accompagné de texte décrivant comment apréhender chaque difficulté. Cette information reste d'autant plus précise qu'elle concerne des ouvrages d'art ou des Centrales qui ne bougent pas avec le temps. Dans les autres cas, il faut aller en reconnaissance etprendre sa décision en fonction de ce qu'on voit sur le terrain.

 

   TRONCON_1TRONCON_2TRONCON_3TRONCON_4          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce guide, chaque détail important pour une navigation sans problème est mentionné, et chaque passage délicat est repris dans le texte. La lecture aide grandement à la préparation d'une descente de Loire, même s'il ne faut pas oublier que la Loire, peut être plus qu'un autre fleuve français est un cours d'eau changeant, fantasque, sujet à des crues. Sa navigation est rendue possible pour les canoéistes, par les nombreux barrages qui gênent mais qui régulent le flux des eaux.

 

Un site Internet important à consulter est le site national vigicrues qui fourni en temps réel et actualisé 2 x fois par jour, le niveau de risque de crue détaillé par bassin hydrologique.Ici, le secteur qui nous intéresse sur sa première partie, puis sur la deuxième partie du parcours.

 

Dans cet exemple, on voit en jaune, un premier niveau de risque sur la Sèvre nantaise. 

 

   vigicruesvigicrues2                  

 

 

 

 

 

 

 

 NOTIONS DE SECURITE 

 Nous allons aborder ici, la notion de sécurité concernant le randonneur. Le guide dont je me suis inspiré et servi pour construire cette préparation n'aborde à aucun moment cette question. Désirant me documenter plus largement sur la question, j'ai recherché dans les forums et récits de randonneurs et autres aventuriers ligériens afin de savoir si certains avaient été confrontés à des agressions, diurnes ou nocturnes, des rencontres inquiétantes, ou tout autre forme de situation pouvant leur laisser penser qu'ils ont pu être à un moment ou un autre en péril ou inquiétés pour leur sécurité. Fort heureusement pour notre pays et pour la Loire en particulier, aucun n'a pu relater d'agression ou de situation inquiétantes. Seul un des descendeurs raconte avoir eu peur lors d'un bivouac à cause de bruits nocturnes identifiés le lendemain matin comme très probablement dus à un sanglier venu fouiller une zone boueuse proche de la tente de notre randonneur. Ceci reste rassurant.Concernant la Loire elle même référons nous à ceux qui savent:  "Canoe Company" qui propose et organise des randonnées sur la Loire et le Cher nous parle de sécurité:

 

 La Loire véhicule depuis des décennies l'image d'un fleuve dangereux, plusieurs accidents sont à l'origine de cette réputation et restent dans les esprits. La Loire n'est pas dangereuse, elle constitue simplement un nouveau milieu pour beaucoup de visiteurs et il suffit de connaître quelques phénomènes propres à toutes les rivières ou plus spécifiques à la Loire et tout se passera bien... Il ne vous viendrait pas à l'idée de prendre le volant sans connaître le code de la route... alors prenez le temps de lire " le code de la Loire ". • Ce premier point est une succession de conseils que l'on peut appliquer à toute activité de plein-air : adaptez votre tenu à la météo de la journée, n'oubliez pas un chapeau ou casquette ainsi que de l'eau pour vous hydrater régulièrement.
• Portez des chaussures qui tiennent aux pieds en particulier lorsque vous accostez sur les berges.
• Vous devez savoir nager pour utiliser un canoë, il faut également savoir que nager en rivière habillé est plus difficile que de nager dans une piscine.
• Nous vous équipons systématiquement avec un gilet de sauvetage (aide à la flottabilité), il est fortement conseillé de le porter, il vous aidera a nager et a regagner la rive si votre canoë se retourne. • La particularité de la Loire est l'irrégularité de son fond. La Loire n'est pas une piscine et vous pouvez d'un pas à l'autre passer de 10 cm à 1 mètre d'eau. Ce phénomène qui surprend est souvent la cause d'accidents. • Le dernier point à connaître avant de partir est le phénomène des culs de grève. Dans la partie aval des bancs de sable, le sable est particulièrement mou, il est gorgé d'eau et une personne qui s'aventure à pied sur cette zone semble s'enfoncer. C'est ce phénomène qui est souvent confondu à tort avec les sables mouvants. D'une manière générale, il vaut mieux éviter de vous arrêter sur des îles ou îlots sans végétation. 

 

Culs de grèves et sables mous

 

Sur le Cher, mais aussi sur la Loire, on rencontre des barrages ou murs perpendiculaires à la berge, des seuils,  et qui sont la cause de phénomènes de rappel: Voyons ce qu'en dit "Canoe Company" 

 

Le rappel est la " bête noire " de tous les pratiquants du canoë kayak. Ce mouvement d'eau rétenteur se forme derrière un obstacle vertical présent dans le lit d'une rivière.Dans le cas du Cher, il s'agit des murs (1) perpendiculaires à la berge présents dans la partie gauche (amont-aval) des barrages et immergés. Lorsque l'eau passe par dessus ces murs, il se forme à leurs pieds un mouvement d'eau circulaire (2) qui peut retenir un nageur sans limite de temps.  Sur le Cher, c'est simple, ne vous approchez pas de ces barrages, ni par l'amont, ni par l'aval... Les barrages du Cher canalisés sont des éléments clefs du paysage. • Attention cependant car les barrages peuvent être dangereux. En canoë il faut impérativement ne pas s'approcher des aiguilles (1) ou du " rappel " (2). Seule la rive droite (3) pour un éclusage ou un portage doit être utilisée pour approcher de l'ouvrage. Dans tous les cas, si la partie (1) n'est pas montée (barrage baissé), vous devez débarquer pour visualiser votre descente... En aval du barrage, vous devez continuer votre descente sans revenir vers le barrage... 

 

 Rappel CherBarrage Cher 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pour des raisons pratiques je vais construire un classeur étanche comportant chaque tronçon de navigation entre Roanne et Nantes. Pour chaque jour de navigation j'utiliserais une, deux, trois pages ou plus, et le livre "La Loire vue du Fleuve" servira à préciser le détail des portages pour chaque cas sur le terrain. De plus j'ai trouvé sur le Net, un compte rendu de descente qui peut être un complément d'info utile, car il précise entre Decize et Nantes, les obstacles que l'on rencontre sur le parcours.

Obstacles de Decize à Nantes. Le document date un peu (2001) mais au pire, la situation s'est améliorée ou l'obstacle est toujours là, identique à ce qu'il était à l'époque. Quoi qu'il en soit, chaque point mentionné ici ou par une autre source restera un point de vigilance à surveiller durant le parcours.

 

CONCLUSION

 

Nous approchons de la fin de cette préparation de descente de la Loire; j'espère avoir été exhaustif autant qu'on peut l'être, sachant que certains points ne sont pas traités autant qu'on pourrait le faire, mais à quoi bon? Ne faut il pas garder une part d'inconnu, une dose d'aventure et de découverte? Si tout est complètement planifié autant prendre sa voiture et suivre le fleuve par la route, dormir dans des hotels dont on peut dresser la liste et contacter le gérant pour y réserver une chambre pour chaque soir en s'assurant que le restaurant local est bien ouvert durant la période du voyage.... Ce n'est pas ce qu'on recherche en descendant la Loire en canoé...

Dans un autre document, je décrirais la descente de la Loire réalisée à partir de cette préparation, afin de fournir aux futurs descendeurs un exemple de plus et de montrer que l'on peut réaliser ses rêves malgré quelques freins pour peu qu'on identifie chaque difficulté pour lui trouver une solution.   Bonne route, bonne descente à tous les descendeurs ligériens.

 

 

Suite logique de cette préparation, vous trouverez le récit de la descente de Loire, de Roanne à Tours ( Rochecorbon) au lien : http://randeau730.canalblog.com/

Les images réalisées durant le parcours sont à:

http://www.youtube.com/watch?v=viZiFyq3b3A   et suivants ( 4 parties de 30min chaque)

 

 

 

 

 

 

Posté par alaintrt à 22:28 - Commentaires [18] - Permalien [#]